En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour sécuriser votre connexion et faciliter votre navigation.

  • Imprimer
  • E-mail

Un avocat et médiateur témoigne

Julien Bernard exerce la profession d'avocat à titre principal, et le métier de médiateur depuis l'année dernière. Il s'est tourné vers la médiation depuis plusieurs années dans le cadre de son exercice professionnel d'avocat en y accompagnant ses clients. Il a ensuite souhaité approfondir sa pratique en devenant médiateur à son tour.

Dans quel domaine exercez-vous ?

J'exerce en médiation conventionnelle et judiciaire, comme médiateur auprès de la cour d'appel d'Aix-en-Provence et de Nîmes, notamment dans les relations individuelles du travail.

Parlez-nous d’une situation de médiation qui vous a particulièrement marqué

La demande d'entrée en médiation résultait d'une désignation judiciaire. Il s'agissait d'une demande tendant à l'indemnisation du préjudice d'un salarié suite à la rupture de son contrat de travail par son employeur. Mais la demande a évolué en cours de médiation. Le salarié n'était plus focalisé sur le caractère indemnitaire de sa demande mais sur une véritable reconnaissance du caractère inique, selon lui, du licenciement dont il avait été l'objet. L'employeur a alors assimilé qu'il ne s'agissait pas seulement d'envisager des modalités financières mais un aspect résolument humain qui n'avait jamais été abordé et qui ne l'aurait certainement pas davantage été sur le plan judiciaire.

Comment vous êtes-vous senti au cours de cette médiation ?

Au cours de cette médiation, je me suis senti désorienté. Je crois ne rien en avoir laissé paraître, mais j'ai craint que la situation ne m'échappe. J'ai été surpris par le caractère apparemment soudain de l'évolution de la demande du salarié en cours de médiation et par la réaction de son ancien employeur qui ne s'y attendait pas non plus.

Qu’avez-vous appris de cette médiation et quel souvenir en conservez-vous ?

J'ai accueilli les modifications du cours de la médiation et ses conséquences sur les médiés avec empathie. Je conserve le souvenir d'un salarié ayant exprimé sa position avec franchise et soulagement et d'un employeur l'ayant reçue à la fois avec étonnement et bienveillance. Parallèlement, le point de vue de ce dernier a pu être entendu par son ancien préposé, ce qui a contribué à la réussite du processus ayant conduit à un accord. Lorsque les médiés se sont finalement serrés la main afin de sceller leur accord, ça a été un moment fortement chargé en émotions.

© 2019 - Médiation 21